Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

Le déploiement du réseau FTTH en France

Le déploiement du réseau FTTH en France

Après les autoroutes, le rail, l’électricité ou encore les villes connectées et intelligentes, le digital s’apprête lui également à avoir son réseau national à grande vitesse.

Cette nouvelle toile se développe, via le déploiement massif de câbles, dans l’intégralité du territoire français, afin d’apporter à tous (logements, entreprises professionnelles,administrations, etc.) le nec plus ultra en matière de connectivité : le très haut débit (THD). Concrètement, il s’agit de câbles qui protègent des fils en verre flexible très fins, permettant d’acheminer les éléments à une vitesse très proche de la lumière.
Selon les dernières données communiquées mercredi par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), il s’agit d’une connexion Internet dont le débit est égal ou supérieur à 50 Mbits par seconde. Or actuellement, le débit moyen dans l’Hexagone est bien en deçà. “On est à la croisée des chemins, il faut se réveiller rapidement”, ajoute le président de la société Paritel, Jean-Philippe Bosnet.

Le Plan France Très Haut Débit (PFTHD), une millefeuille très complexe

Pour réduire la fracture numérique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, s’engage sur un objectif : la FTTH (Fiber To The Home ; Fiber To Fiber) pour tous d’ici 2024.

Les principaux opérateurs télécoms français – Orange, Paritel, Bouygues Telecom, SFR et Free – veulent accélérer sur le THD, mais certains alertent sur le réalisme économique du cent pour cent fibre optique. Cet immense chantier a fait l’objet de débats ardents.

Cause ? Le secteur des télécoms n’a plus rien à voir avec celui du milieu du XXe siècle. Fin octobre, inquiet de la trajectoire du PFTHD, Emmanuel Macron a organisé une réunion avec les cinq principaux opérateurs français – Free, SFR, Bouygues Telecom, Paritel et Orange – afin de leur dire de mettre un coup de collier (autrement dit, se mettre au travail) dans le THD fixe. Le chef de l’État veut y ajouter un autre ingrédient : la 5G.

Une solution mixte où on unit les innovations technologiques et la fibre optique (réseaux FTTH et FTTLA) qui, selon ce dernier, permettent d’avoir la 5G partout, à bon niveau. “Les déploiements ne sont pas rapides, les acteurs du secteur rechignent encore, à ce jour, les zones qui sont les moins rentables. On doit alors prendre de nouvelles mesures de contrainte et d’incitation, d’ici fin 2020, à l’égard des opérateurs télécoms”, juge Emmanuel Macron.

Les opérateurs télécoms ont investi une somme record dans l’Hexagone en 2019

Selon les chiffres publiés lundi par l’Union Internationale des Télécommunications, les cinq principaux opérateurs français ont investi, l’année dernière, une somme record de 13 milliards d’euros dans l’Hexagone pour déployer leurs réseaux (mobile et fixe), hors rémunération des fréquences. À noter que la hausse des investissements dans le fixe a principalement été portée par le déploiement des réseaux FTTLA et FTTH.

Au 15 février 2020, près de 12 millions de bâtiments étaient éligibles (raccordables) à cette nouvelle technologie.