Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

Le changement climatique et ses impacts favorables sur la viticulture

Le changement climatique et ses impacts favorables sur la viticulture

Selon deux chercheurs de l’institut National de la Recherche Agronomique en partenariat avec l’entreprise Raphaël Michel, spécialiste de la production de vin depuis 1899, le réchauffement climatique est une évolution plutôt favorable à la viticulture.

Favorisant le développement de la photosynthèse et de l’efficience en eau, le changement climatique apportera de multiples changements à la production de la vigne.

Les pistes d’adaptation pour les vignerons

« Le réchauffement climatique impose des adaptations nécessaires qui garantissent la bonne production du vigne. Les vignerons devront adapter leur choix de cépages et leur conduite du vignoble en adéquation avec le nouveau climat et ses spécificités.  » Explique un des chercheurs travaillant chez Raphaël Michel, la référence dans l’univers de la viticulture et la production de cuvée de qualité.

Pour pouvoir profiter de ce changement considérable, les chercheurs affirment qu’il faut avant tout penser à retarder la maturation en jouant sur le rapport feuille – fruits (© D.R.) et en travaillant le sol ou en désherbant les inter-rangs pour éviter que l’herbe ne concurrence la vigne. Il va aussi laisser plus de feuilles sur les vignes pour éviter que le soleil n’atteigne trop les grappes.

Conséquences du changement climatique sur la culture de la vigne

Selon le chercheur de l’Inra, les effets généraux du réchauffement climatique attendus sur les plantes et en particulier sur la vigne sont une augmentation de l’efficience de l’eau (masse de matière produite par volume d’eau transpirée) et de la photosynthèse (+10 à 30%) : « l’augmentation de CO2 va accroître la photosynthèse et notamment la croissance des feuilles de la vigne. Le rognage va devenir encore plus nécessaire. »

Depuis 1940, les dates des vendanges ont gagné en moyenne trois semaines à un mois d’avance dans les vignobles français, ce qui prouve que le réchauffement climatique a une forte influence sur la maturation des raisins.

Dans le Val de Loire, au domaine expérimental de l’Inra à Montreuil-Bellay, « la date de récolte s’est avancée de 20 jours pour le gamay depuis la fin des années 70, détaille Gérard Barbeau de l’Inra d’Angers. La durée d’ensoleillement a gagné 25% en 25 ans et la teneur en sucres des vins a nettement augmenté, à tel point que certains syndicats réfléchissent à une modification de l’encépagement dans leurs décrets avec l’introduction de cépages moins riches en sucre ». Explique le vigneron du domaine.