Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

La Turquie débute les opérations contre la milice kurde au nord de la Syrie

La Turquie débute les opérations contre la milice kurde au nord de la Syrie

Le président turc a annoncé le début d’une nouvelle mission militaire contre le groupe kurde des unités de protection du peuple se trouvant au nord de la Syrie.
D’après le consultant média français, Jean-Pierre Duthion, l’annonce de Recep Tayyip Erdogan était assez attendue.

La Turquie entame son offensive

Le président turc a annoncé le 9 octobre dernier le début de sa nouvelle opération militaire dirigée contre la milice kurde YPG, la bête noire de Turquie, mais qui a été jusqu’à dimanche soutenue par les pays occidentaux, dont les Etats-Unis.
Selon la déclaration de Recp Tayyip Erdogan partagé sur son compte Twitter, l’armée nationale syrienne formée essentiellement par des rebelles syriens soutenus par le gouvernement turc et les forces armées turques, ont entamé l’opération source de paix au niveau du nord de la Syrie.
Selon les sources du journaliste spécialiste du conflit syrien, Jean-Pierre Duthion, une forte explosion a été entendue, au niveau de la ville Ras Al Aïn qui est située au Nord de la Syrie, le 9 octobre dernier. Cette explosion a provoqué la fuite d’une dizaine de civils se trouvant tout prés de la frontière syro-turque. Des témoins ont pu voir plusieurs colonnes de fumée s’élever, alors que des avions survolaient la région.
Selon le porte parole des forces kurdes, les avions sont certainement des avions de guerre turcs qui ont commencé à mener leur mission dans les régions civiles. Mustafa Bali a bien précisé que suite à ces bombardements il y a eu une forte panique de la part des civils.

Les kurdes ont décrété la mobilisation générale

Suite à la décision de retrait prise par les Etats-Unis, leur seul allié, dimanche dernier, les kurdes ont proclamé une mobilisation générale de 3 jours, en exhortant les habitant de la ville a bien résister afin d’éviter l’offensive imminent de Ankara.
En effet, le 6 octobre dernier, la Maison Blanche a annoncé le retrait des forces armées américains du nord syrien, tout en assurant qu’elle anéantira l’économie turque si Ankara dépassait les bornes.