Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

La jeunesse, moteur de développement de l’Afrique

La jeunesse, moteur de développement de l’Afrique

L’avenir de l’Afrique repose principalement sur l’investissement et la formation de sa jeunesse.
“Miser sur la jeunesse africaine, c’est miser sur l’avenir du continent”, Alassane Ouattara, le président de la République de Côte d’Ivoire.
La part des jeunes dans la population africaine ne cesse d’augmenter. C’est une réalité bien concrète. Le défi est déjà là et il est urgent d’y répondre. Mais c’est également une vraie opportunité de développement, principalement en matière de transformation et d’innovation sociale.
À l’horizon 2030, 47 % des jeunes dans le monde seront africains, tandis que cette proportion n’était que de 20 % en 2005.
D’ici vingt ans, on estime que près de 45 millions de jeunes arriveront sur le marché de l’emploi chaque année, soit les ¾ des entrées des jeunes au niveau mondial.
Alors, il est primordial de dynamiser le marché de l’emploi, principalement à travers de certaines filières comme les services (banques, tourismes, etc.) et l’agriculture. Il faut aussi renforcer l’employabilité des jeunes en orientant les filières vers les métiers d’avenir et vers des offres adaptées au besoin des offres d’emploi en Côte d’Ivoire.
Donc, il faut tripler, voire quadrupler le nombre d’emplois. C’est un enjeu considérable.

Comment s’attaquer au chômage des jeunes en Afrique ?

La crise de l’emploi persistante sur le continent africain exige, selon la Banque Mondiale, des politiques d’emploi plus efficaces, dont des programmes de formation.
Le chômage touche de plein fouet la jeunesse africaine. Selon la Banque africaine de développement (BAD), près de 36 millions jeunes chômeurs vivent en Afrique.
Environ 39 % de ceux qui rejoignent des mouvements terroristes et rebelles seraient motivés par le manque d’emplois, d’après une enquête réalisée par la BAD.
Aujourd’hui, il est opportun de réfléchir à la mise en œuvre d’une solution durable – adéquate – à l’échelle de l’Afrique.
Des pays africains ont mis sur pied, au cours des quinze dernières années, des bureaux de placement pour, entre autres, aider les jeunes (hommes et femmes) à intégrer le marché de l’emploi.
La Côte d’Ivoire, par exemple, a lancé en 2016 ‘l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes’ pour aider 210 000 jeunes à trouver un offre emploi en Afrique d’ici 2022. L’efficacité de ces organismes est néanmoins très limitée.
La Banque Mondiale (BM) et la Banque africaine de développement (BAD) ont lancé dernièrement diverses initiatives visant notamment à augmenter les compétences technologiques des jeunes et à les connecter à l’ENM – économie numérique mondiale.