Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

La force économique des PME

La force économique des PME

Dynamique des PME dans un monde en mutation

Les PME (petites et moyennes entreprises) sont de plus en plus reconnues comme le moteur de l’économie. Leur propension à l’innovation, leur flexibilité d’ajustement à la technologie et leur capacité d’adaptation aux besoins ambiants font de ces entreprises les plus grands créateurs d’emplois nets. La question de la contribution des PME à l’emploi, à l’innovation et, plus généralement, à la croissance, mais aussi de leur importance pour la cohésion sociale et la lutte contre la pauvreté, préoccupe les décideurs économiques et politiques dans le monde entier depuis une vingtaine d’années. En observant les mutations de l’économie et la montée en puissance des petites organisations à côté, avec ou parfois, contre, des grands groupes, le milieu académique avait d’une certaine manière anticipé ce changement dès la fin des années 1990. Il faudra attendre les années 2000 pour que les pouvoirs publics, en France, comme dans la plupart des pays de l’OCDE, s’intéressent de plus près aux PME comme une importante source d’emplois, d’innovation et de croissance. La France fut d’ailleurs le premier pays qui demanda à l’OCDE d’entreprendre une analyse comparative internationale des programmes et politiques mis en œuvre par les pays membres à l’égard des PME. La France a également participé activement aux deux conférences ministérielles de l’OCDE sur les PME organisées par le Groupe de travail et ses ministres présents ont reconnu avec leurs pairs d’une cinquantaine de pays l’importance du rôle joué par l’OCDE pour favoriser la compétitivité des PME au niveau mondial et promouvoir l’entrepreneuriat.

Les PME, levier essentiel pour le développement économique

Depuis vingt ans, de nombreux travaux soulignent la montée en puissance des entreprises de petite dimension, dans les pays industrialisés. L’expansion de cette catégorie d’entreprises est particulièrement visible sur le plan de l’emploi. Cette croissance s’est opérée au détriment des grands groupes qui emploient moins de salariés au début des années 2000 que dans les années 1990. De fait, les TPE et PME sont proportionnellement plus nombreuses dans le secteur des services que dans l’industrie. Des recherches plus approfondies sur la tertiarisation de l’économie montrent cependant qu’un tiers seulement de la diminution du poids des PME s’explique par le développement des services. En réalité, la diminution de la taille moyenne des firmes est un phénomène qui s’observe dans tous les secteurs d’activité. D’où l’idée qu’après avoir été caractérisées par un phénomène de concentration, les économies seraient entrées dans une nouvelle phase du capitalisme, à base entrepreneuriale, dans laquelle les PME joueraient le rôle clé.


Les sociétés de gestion : une solution pour tous les investisseurs ?

Les sociétés de gestion de portefeuille sont des établissements de crédit ayant obtenu un agrément de l’AMF pour fournir des services d’investissement. Elles gèrent des actifs, souvent pour compte de tiers. A Plus Finance, une société de gestion spécialisée dans le capital investissement, accompagne les PME déjà établies dans leurs activités. Elle soutient les entreprises dans leurs développements. Elle dégage la meilleure rentabilité pour les souscripteurs de ses fonds. Les pôles d’expertises développés au sein d’A Plus Finance sont centrés sur la distribution audiovisuelle, le Conseil à la production, le Capital Transmission, l’innovation et les Fonds de Fonds.