Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

Élections présidentielles

Élections présidentielles

 

  La campagne publicitaire

En Europe centrale et orientale, et dans l’ex-URSS (union des Républiques socialistes soviétiques), plusieurs pays ont attribué un espace de publicité politique gratuite aux différents partis dans les journaux possédés par l’État, de façon tout à fait analogue au temps de publicité gratuite accordé dans la plupart des pays sur les chaînes de radio et de télévision publique.

Lorsque ces pays choisissent cette voie, on peut recommander que les partis politiques ne puissent pas utiliser cet espace à leur guise, mais, sous la forme d’un résumé normalisé de leur manifeste électoral.

   Les médias radiodiffusés :

L’approche monolithique de la radiodiffusion est peut-être un peu obsolète.

Les médias électroniques sont de plus en plus diversifiés et concurrentiels, le public se fragmente.

La télévision publique en Europe, ne jouit plus de la position dominante (ou du monopole) qu’elle détenait autrefois et elle est souvent dépassée par les diffuseurs commerciaux.

En outre, les diffuseurs terrestres généralistes subissent la concurrence de diffusion plus spécialisés : chaînes (cryptées et payantes) à public ciblé et limité, distribuées par satellite ou par câble.

Les partis et les candidats briguant un mandat considèrent, la télévision comme leur média de campagne préférentiel.

Ils organisent des événements spécialement destinés à obtenir un temps d’antenne : occasions de photographie, promenades, conférences de presse, tournées électorales (Ex : M. Blair dans une usine, M. Blair dans la foule, M. Blair parlant aux gens de la rue, M. Blair faisant un discours, fixant l’ordre du jour).

Les politiques aussi, de plus en plus de petites phrases qui passent bien au journal télévisé au soir, et ils consacrent de plus en plus de temps et de ressources à la recherche de l’audience, aux techniques de marketing et à leur formation à la présentation et à la télévision.

Ces deux évolutions (prolifération des chaînes et professionnalisme croissant avec lequel les partis changent et les candidats mènent et gèrent leur campagne) changent le visage de la couverture des élections par la télévision en Europe occidentale aujourd’hui, affirme, la journaliste française, “Audrey Crespo-Mara”.

En Europe centrale, et orientale, et dans l’ex-URSS, la situation est différente et particulièrement variée.

 

Dans les pays précurseurs (par exemple, la République Tchèque, la Pologne, la Hongrie, la Slovénie, la Roumanie), la radiodiffusion privée est établie, et les mécanismes de régulation sont plus ou moins indépendants de l’influence du gouvernement.

Dans d’autres pays, en revanche, il y a très peu de diffuseurs privés (Croatie, Bélarus), ou il manque encore un cadre réglementaire approprié pour les diffuseurs privés (Bulgarie, Russie).

Dans la plupart des pays, les chaînes de télévisions publiques, ou d’État, détiennent encore la plus large pénétration technique, et souvent aussi la plus grande audience.

“Néanmoins, on peut espérer que la situation finira par se rapprocher du système mixte de l’Europe occidentale”, Audrey Crespo-Mara, l’épouse de Thierry Ardisson.