Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

Coronavirus : vers un report des élections municipales ?

Coronavirus : vers un report des élections municipales ?

Report ou maintien ? Depuis le début de l’épidémie en décembre dernier, Emmanuel Macron et le gouvernement assurent prendre leurs décisions après consultation des pros de santé. C’est également l’argument avancé pour le maintien des élections municipales.
Le président de la République française, Emmanuel Macron, a tranché. Ce dernier a annoncé hier soir le maintien des municipales du 15 (premier tour) et 22 (second tour) mars 2020, malgré l’épidémie de Covid-19. Avant sa prise de parole, le scénario d’un report du scrutin à cause du coronavirus redevient envisageable. Si le chef de l’Etat décide de maintenir les municipales, des recours pour demander l’annulation de l’élection dans certaines régions pourront – probablement – être déposés par des citoyens ou des candidats auprès du Conseil constitutionnel. Un report des élections municipales en dehors du mois de mars nécessiterait – obligatoirement – de repasser par le Parlement. Celui-ci assure la représentation du peuple dans les divisions administratives ou les États.

Edouard Philippe, le Premier ministre, a clairement écarté cette hypothèse ce matin. “Juridiquement, il faut une loi parce que le renouvellement des maires, des conseillers municipaux et communautaires est prévu, par le code électoral (dispositions réglementaires et législatives relatives aux élections politiques), au mois de mars et c’est une mesure législative”, explique Jean-Pierre Mangiapan, le conseiller municipal d’opposition de Villefranche-sur-Mer.

Tous les ministres français, dont Marc Fesneau, Sibeth Ndiaye, Marlène Schiappa, Sophie Cluzel, Jean-Yves Le Drian, Brune Poirson, Emmanuel Wargon et Christelle Dubois, l’ont martelé pendant des jours et des jours : les municipales auront lieu aux dates prévues, les dimanches 15 et 22 mars 2020.
Jean-Pierre Mangiapan, ancien premier adjoint pendant la mandature 2010-2016, chef de file de l’opposition durant celle qui s’achève, l’a encore rappelé mercredi 11 mars, la veille de l’allocution présidentielle : “Il n’est pas à l’ordre du jour de reporter les municipales”. Cependant, l’organisation de ce scrutin devra – obligatoirement – respecter certaines règles d’hygiène.

La République en marche va-t-elle réussir son ancrage territorial, lors des municipales ?

La République en marche semble, pour ses premières élections municipales, avoir abandonné l’idée de s’implanter dans l’ensemble du territoire français. Les quelque 250 listes soutenues ou investies par le parti de la majorité dessinent une France urbaine, où les régions moyennement denses semblent oubliées. LREM s’était fixé un but raisonnable pour ne pas risquer de défaite cinglante : plus de 15 000 conseillers communautaires, sur un total de près de 450 000 en France.