Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

Comment effectuer des placements dans des PME tout en réduisant ses impôts ?

Comment effectuer des placements dans des PME tout en réduisant ses impôts ?

Les actions d’une entreprise non cotée forme une catégorie d’investissement à part entière, à côté de l’immobilier, l’assurance vie ou de la bourse. Ce type d’investissement que les Anglo-saxons nomment private equity, permet au contribuable particulier d’investir son épargne tout en suivant directement la progression de l’entreprise individuelle. En outre, le contribuable pourrait bénéficier d’une réduction d’impôt assez intéressante. Selon l’explication apportée par l’un des responsables de l’investissement chez l’une des plus anciennes sociétés de gestion indépendantes en France A Plus Finance, le placement en direct au sein des entreprises non cotées est un investissement qui peut s’avérer assez rentable. Toutefois, il reste assez risqué.
Selon les derniers chiffres délivrés par France Invest, plus de 18.7 milliards d’euros ont été investi dans l’économie française en 2018. Il s’agit d’un nouveau record enregistré, marquant une progression de 13 % par rapport à 2017.

Objectif : une rentabilité de 10 %

Durant ces dernières années les placements ont continué à progresser en enregistrant un taux de croissance annuel moyen estimé à +16 % durant les 5 dernières années, ce qui correspond à plus de 14.7 milliards d’euros.
Selon la société de gestion A Plus Finance, durant 2018, les placements ont été alloués à plus de 2 218 sociétés, en enregistrant une progression constante depuis les trois dernières années. Il est important de mentionner que prés de deux tiers de ces entreprises sont des petites et moyennes entreprises, 20 % sont des sociétés de taille intermédiaire et plus de 80 % de ces entreprises sont françaises. Durant 2018, plus de 1 500 entreprises ont été cédées totalement ou partiellement.
Certes, l’objectif de rentabilité interne du placement est d’au moins 10 %, toutefois l’immobilisation de l’épargne investie est au minimum de 5 ans dans le meilleur des cas. En outre, le risque de faillite d’une société existante ou d’un projet est toujours possible. Dans ce cas, l’investisseur perd alors la totalité de sa mise. C’est pour cette raison qu’il est important de mutualiser le risque d’une manière ou d’une autre grâce à la diversification de ses placements.
Quant aux professionnels, ils revendiquent des taux de rentabilité interne pouvant atteindre 9.5 % sur de très longue période. Toutefois, cette moyenne intègre une grande disparité des performances qui peuvent aller de -8 % jusqu’à 15 %.

Différentes possibilités

Il existe différents moyens d’effectuer des placements, dont l’investissement direct dans le capital d’une entreprise de type PME qui permet une réduction d’impôts de 18 %, mais aussi la souscription dans un fonds commun de placement à risque qui mutualise l’investissement de plusieurs participants.