Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

Élections municipales 2020

Posted by on Fév 1, 2020 in Economie | Commentaires fermés sur Élections municipales 2020

Les samedis 14 et 21 mars 2020, vous serez appelés aux urnes pour élire les conseillers municipaux. Le mode de scrutin utilisé n’est pas uniforme sur l’ensemble du territoire. Il dépend généralement de la taille des communes. Les 3 villes les plus peuplées, Paris, Lyon et Marseille, ont droit à leur particularité pour ces municipales.
Les conseillers municipaux sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de six ans. Le nombre de ces derniers est normalement fixé en fonction de la population de la commune : de 12 conseillers pour les communes (ou les villes) de moins de 300 habitants à 82 pour celles de plus de 500 habitants. Ceux-ci éliront, à leur tour, le maire et ses adjoints.
Le nombre des adjoints est en principe fixé par le conseil municipal. Le maire est le supérieur hiérarchique des agents de la commune. Il est titulaire de pouvoirs propres.
Il représente aussi la commune en justice : gère le patrimoine communal, signe des contrats, passe les marchés, prépare le budget, etc. Il doit rendre compte de ses actes aux membres du conseil municipal (conseillers communautaires, des conseillers municipaux, ses adjoints, etc.).
À noter qu’il est officier de police judiciaire et officier d’état civil. Il est donc chargé de maintenir l’ordre public. Il est le chef de l’administration communale.
Une déclaration de candidature – accompagnée des pièces justificatives requises – est désormais obligatoire. Au premier tour, tous les candidats doivent déposer leur candidature auprès de la préfecture, quelle que soit la taille de la commune.
Depuis la loi du 6 mars 2013, les électeurs ont le droit de supprimer ou panacher des candidats et aussi modifier les listes. À noter que les listes doivent compter autant de femmes que d’hommes.

Qui peut voter aux municipales ?

Afin de pouvoir voter, un électeur doit : jouir de ses droits politiques ou civils, être inscrit sur les listes électorales (dernier délai, le 8 février 2020), être d’un pays membre de l’UE ou de nationalité française et avoir dix-huit ans ou plus.
La circonscription électorale est normalement la commune, sauf à Marseille, Nice et Paris : pour Lyon et Paris, l’élection a lieu dans le cadre de l’arrondissement, et pour Nice, par secteurs regroupant trois ou quatre arrondissements.

Les élus municipaux

L’opposition municipale
Jean-Pierre Mangiapan – conseiller municipal ; [Jean-Pierre Mangiapan a décidé de repartir dans la bataille avec une équipe renouvelée. Il annonce vouloir se représenter aux municipales de mars 2020] ;
– Cédric Cirasa – conseiller municipal ;
– Christine Petruccelli – conseillère municipale ;
– Marie-Paule Zanotti – conseillère municipale.

Les adjoints municipaux
– Joelle Bravetti : troisième adjointe au Maire – déléguée au cimetière, aux élections, à l’État civil et aux affaires scolaires ;
– André Bezzina : 1er adjoint – délégué à l’administration générale, aux affaires juridiques, aux grands projets et aux ressources humaines ;
– Jean-Louis Zambernardi : septième Adjoint au Maire : délégué au handicap et au sport.

Les Conseillers Municipaux de la Majorité
– Joseph Cosentino : conseiller municipal – délégué à la propreté, aux travaux et à la voirie ;
– André BIancheri : conseiller municipal – délégué à l’urbanisme ;
– Anne Rainaud : conseillère municipale : déléguée aux plages, aux ports et à l’environnement.

Read More

L’Afrique développe ses réseaux télécoms mobiles tous azimuts

Posted by on Déc 1, 2019 in Economie | Commentaires fermés sur L’Afrique développe ses réseaux télécoms mobiles tous azimuts

Le potentiel de croissance de l’Afrique incite les grands groupes (Vodafone, Orange, Unitel, MTN, etc.) à inventer de nouveaux modèles – services. Agences de communication, télécoms, musique, télévision, presse… tous les grands acteurs ont les yeux tournés vers ce qu’ils considèrent comme un futur Eldorado : le continent africain.
Selon les dernières projections de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de la Banque Mondiale (BM), l’Afrique concentrera un tiers de la population mondiale en 2035.
Sur cette période, les pays francophones (Maroc, Mali, Tunisie, Côte d’Ivoire, Comore, Congo, Cameroun, République Démocratique du Congo, Gabon, Guinée, etc.) vont passer de 325 millions à 798 millions d’habitants. Une grande opportunité pour les sociétés françaises. Équipementiers et opérateurs chinois et européens se bousculent pour conquérir un marché compliqué, mais prometteur.
Une fois n’est pas coutume. Sur le salon AfricaCom – salon international des télécommunications en Afrique du Nord ; rassemblant des professionnels de l’industrie venant de tout le continent -, qui se tient à Cap Town du 20 au 23 décembre, point de grand stand de fabricants de téléphones. Ici, ce sont principalement les équipementiers et les opérateurs de tous genres qui tiennent la vedette.

Orange accélère sa stratégie d’opérateur multi-services en Afrique

À l’occasion d’AfricaCom, Orange, le géant français des télécoms, présente ses toutes dernières innovations pour soutenir l’écosystème des start-up, favoriser l’éducation et démocratiser l’accès aux smartphones.

L’e-learning, la solution numérique pour se former

C’est une solution digitale qui permet de former vos salariés à distance en toute simplicité. Elle favorise une participation active des membres et plusieurs approches sont disponibles.
Vous pouvez aussi adapter la formation en fonction de vos salariés…
De toutes les révolutions digitales, celle du e-learning est sans aucun doute l’une des plus structurantes pour le continent africain.
La formation en ligne ou l’e-learning permettra de former les millions de professionnels dont l’Afrique a besoin pour prendre en main son développement.
À travers son nouveau programme ‘Grande école digitale africaine’, l’opérateur tricolore vise à mobiliser son expertise, ses accès et ses infrastructures pour aider le continent à relever le défi de la formation des jeunes. Les partenaires de ce prog sont de grandes établissements françaises, comme la start-up OpenClassroom, les Instituts Universitaires Technologiques et le Centre National d’Enseignement à Distance.
L’opérateur historique a développé de nombreux partenariats avec des écoles de management, écoles d’ingénieurs et universités africaines. Plus de 25 000 employés travaillent aujourd’hui pour Orange dans ses trente sociétés en Afrique.
Vous êtes à la recherche d’un emploi en Tunisie ou à l’international ? Vous voulez rejoindre une grande société et contribuer à l’un de ses principaux axes de développement stratégique ? Il y en a 510 disponibles sur Okapi, le plus grand site d’emploi en Afrique.

Read More

La jeunesse, moteur de développement de l’Afrique

Posted by on Nov 7, 2019 in Economie | Commentaires fermés sur La jeunesse, moteur de développement de l’Afrique

L’avenir de l’Afrique repose principalement sur l’investissement et la formation de sa jeunesse.
“Miser sur la jeunesse africaine, c’est miser sur l’avenir du continent”, Alassane Ouattara, le président de la République de Côte d’Ivoire.
La part des jeunes dans la population africaine ne cesse d’augmenter. C’est une réalité bien concrète. Le défi est déjà là et il est urgent d’y répondre. Mais c’est également une vraie opportunité de développement, principalement en matière de transformation et d’innovation sociale.
À l’horizon 2030, 47 % des jeunes dans le monde seront africains, tandis que cette proportion n’était que de 20 % en 2005.
D’ici vingt ans, on estime que près de 45 millions de jeunes arriveront sur le marché de l’emploi chaque année, soit les ¾ des entrées des jeunes au niveau mondial.
Alors, il est primordial de dynamiser le marché de l’emploi, principalement à travers de certaines filières comme les services (banques, tourismes, etc.) et l’agriculture. Il faut aussi renforcer l’employabilité des jeunes en orientant les filières vers les métiers d’avenir et vers des offres adaptées au besoin des offres d’emploi en Côte d’Ivoire.
Donc, il faut tripler, voire quadrupler le nombre d’emplois. C’est un enjeu considérable.

Comment s’attaquer au chômage des jeunes en Afrique ?

La crise de l’emploi persistante sur le continent africain exige, selon la Banque Mondiale, des politiques d’emploi plus efficaces, dont des programmes de formation.
Le chômage touche de plein fouet la jeunesse africaine. Selon la Banque africaine de développement (BAD), près de 36 millions jeunes chômeurs vivent en Afrique.
Environ 39 % de ceux qui rejoignent des mouvements terroristes et rebelles seraient motivés par le manque d’emplois, d’après une enquête réalisée par la BAD.
Aujourd’hui, il est opportun de réfléchir à la mise en œuvre d’une solution durable – adéquate – à l’échelle de l’Afrique.
Des pays africains ont mis sur pied, au cours des quinze dernières années, des bureaux de placement pour, entre autres, aider les jeunes (hommes et femmes) à intégrer le marché de l’emploi.
La Côte d’Ivoire, par exemple, a lancé en 2016 ‘l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes’ pour aider 210 000 jeunes à trouver un offre emploi en Afrique d’ici 2022. L’efficacité de ces organismes est néanmoins très limitée.
La Banque Mondiale (BM) et la Banque africaine de développement (BAD) ont lancé dernièrement diverses initiatives visant notamment à augmenter les compétences technologiques des jeunes et à les connecter à l’ENM – économie numérique mondiale.

Read More

Afrique : au-delà de la lutte contre le chômage, comment créer des emplois décents ?

Posted by on Nov 1, 2019 in Economie | Commentaires fermés sur Afrique : au-delà de la lutte contre le chômage, comment créer des emplois décents ?

La métamorphose africaine : défi pour le monde

L’Afrique a connu des changements fondamentaux et profonds ces dix dernières années, et ses réussites se sont avérées révolutionnaires et globales, selon la Banque Mondiale (BM) et la Banque africaine de développement (BAD).
La démographie du continent africain, se caractérisant par une population jeune, offre des perspectives de croissance dynamique, à condition d’exploiter pleinement les compétences et d’investir dans le capital humain judicieusement.
Les pays africains affichent, sur le plan économique, une croissance annuelle d’environ 12 % pour les cinq dernières années et continuent de résister aux crises – financière et économique – mondiales. Le secteur privé est plus que jamais présent.
L’Afrique bénéficie, sur le plan technologique, de l’évolution de la courbe technologique, avec des avancées spectaculaires principalement dans le domaine des TIC.
La démocratie gagne du terrain en Afrique, sur le plan politique, et les normes de gouvernance ne cessent de s’améliorer. La demande accrue de responsabilité et de participation citoyenne a réduit les guerres civiles et les conflits et a également favorisé des réformes démocratiques.

Télécoms en Afrique : un secteur en métamorphose

La couverture du réseau de téléphonie mobile sera, à l’horizon 2030, quasi universelle.
L’Afrique, principalement la Côte d’Ivoire, représente le marché le plus porteur au monde pour le secteur mobile. Le nombre d’abonnés mobile devrait atteindre, d’ici 2022, le demi-milliard. Le nombre de connexions SIM devrait, quant à lui, dépasser la barre du milliard au même horizon.
Une très bonne nouvelle également pour les économies du Continent qui, d’après la Banque africaine de développement (BAD), ont vu la contribution du Produit Intérieur Brut du secteur des télécommunications prendre de plus en plus d’ampleur ces sept dernières années.
Les opérateurs doivent alors chercher à réinventer leurs business model – mettre le client africain au centre de leurs stratégies – pour ériger de nouveaux services (ou des services supplémentaires) aptes à leur garantir leur rentabilité future.
Les métiers des télécoms – étroitement liés aux emplois informatiques – sont trop diversifiés. Cependant, ils peuvent être répartis en trois grands domaines d’intervention : le domaine contenu, le domaine client et le domaine technique.
Le secteur des télécommunications connaît un grand essor en Afrique, surtout les offres d’emploi en Tunisie, en Côte d’Ivoire et au Maroc. Elle fait partie des domaines d’activités qui recrutent en masse.
C’est un secteur économique en forte demande de recrutements. Découvrez les offres d’emploi correspondant à ce secteur sur Okapi emploi – le plus grand site d’emploi mondial.

Read More

Comment réussir à obtenir un prêt financier pour la création d’entreprise ?

Posted by on Août 1, 2019 in Economie | Commentaires fermés sur Comment réussir à obtenir un prêt financier pour la création d’entreprise ?

Les versements des premiers salaires des employés, le règlement du loyer, l’acquisition des fournitures et de la matière première, la constitution d’un stock suffisant… en effet, les dépenses qui sont en relation avec la mise en place de la société sont assez nombreuses.
Afin de pouvoir financer la création d’entreprise, la plupart des chefs de société opte pour un prêt professionnel. Voici les étapes à suivre.

Comment réaliser une bonne présentation de votre société ?

Selon les experts travaillant au sein de la société de gestion A Plus Finance, investir dans une nouvelle société présente un certain risque pour les banques. C’est pour cette raison que le futur chef d’entreprise doit effectuer une bonne présentation de son projet afin d’obtenir le prêt demandé.
Pour ce faire, le futur entrepreneur doit présenter un business plan, des preuves sociales comme avoir des notions en gestion, l’expertise du métier ou des diplômes ainsi qu’un plan de financement bien clair.

Mettre en place un dossier de demande de prêt professionnel

Les organismes financiers que le chef d’entreprise contactera demanderont un certain nombre de documents afin de pouvoir analyser le profil de la société.
Le dossier de prêt est constitué essentiellement de :
– un justificatif de domiciliation
– un bilan prévisionnel
– une copie de la pièce d’identité de l’entrepreneur
-un extrait de Kbis de la société
– des relevés bancaires (des 6 ou des 12 derniers mois)

Contacter la banque de l’entreprise

Il existe différents avantages si la société décide d’avoir recours à sa banque personnelle afin d’obtenir un prêt afin d’assurer le financement de la société. En effet, si la situation financière de votre entreprise est stable, l’organisation qui financera ton projet sera déjà rassuré. Puisque cette dernière aura une vue globale sur les comptes courants de l’entreprise. En outre, d’après la société de gestion A Plus Finance, le chef d’entreprise pourra négocier un taux d’emprunt préférentiel.
Il est important de rappeler qu’un apport personnel ou de garantie est très souvent nécessaire afin d’avoir un prêt professionnel surtout dans le cas de la création d’entreprise.

Read More

Les SOFICA : une super niche fiscale

Posted by on Juil 23, 2019 in Economie | Commentaires fermés sur Les SOFICA : une super niche fiscale

Le Centre National du Cinéma réforme les SOFICA !

Les pistes de réforme aujourd’hui étudiées sont de plusieurs ordres, comme l’assouplissement des règles afin de permettre aux SOFICA de financer davantage de films d’animation et de documentaires ou le financement de films ou de séries audiovisuelles en langues étrangères.
“La réglementation des sociétés de financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles est au maximum, il faut la desserrer”, plaide Niels Court-Payen, directeur de la société de gestion “A Plus Finance”.
Pour les investisseurs privés, l’enjeu est de maintenir l’intérêt de cette source de financement, malgré la baisse de son attrait fiscal et la nette dégradation de sa rentabilité.
“Actuellement, le sujet est de continuer à attirer les investisseurs, notamment les privés, malgré une réduction fiscale ramenée de 69 % à 52 % de l’apport des souscripteurs”, confirme le président de l’association des SOFICA.
Investir dans une société de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel reste un placement un peu risqué : si cela permet d’avoir accès aux couloirs de recettes – les recettes des ventes internationales, les recettes vidéo France, les recettes salles, les recettes télévisuelles France, etc. – tirées du film, cela ne fera pas pour autant du contribuable un nabab – millionnaire – qui fera fortune.

Défiscalisation : payez moins d’impôts avec les SOFICA !

Une SOFICA, entreprise destinée à investir dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle, réunit des souscripteurs (des personnes physiques seulement), qui peuvent y placer jusqu’à 32 millions d’euros. Ceux-ci profitent d’éventuelles recettes et d’une réduction fiscale de 49 % – voire 63 % avec certains investissements.
La SOFICA est liquidée généralement au bout de sept ans. Elle doit notamment investir dans la production indépendante, comme les premiers films ou les films à petit budget (moins de 7 000 euros).
Les SOFICA agréées en 2019 (CINEAXE, Cineventure 6, SG Image 2018, Manon 10, Cinemage 14, etc.) s’apprêtent à lever une enveloppe de plus de 95 500 euros dans l’audiovisuel et le cinéma. Cette enveloppe doit obligatoirement être collectée – avant le 2 mars 2020 – auprès des privés. Le CNC et l’Autorité des Marchés Financiers viennent d’attribuer une enveloppe de 47 500 euros à SG Image 2018 – la SOFICA d’A Plus Finance.
Le mécanisme offre aux investisseurs – professionnels comme particuliers – une réduction fiscale majorée à 73 % si la SOFICA choisie s’engage à consacrer 14 % au moins de ses investissements en faveur du financement de l’exportation. La réforme engagée en 2018 a adapté la charte professionnelle signée par les sociétés de financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles. Cette charte définit un certain nombre de modalités et de bonnes pratiques d’investissement.

Read More