Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

Fair-play financier : le PSG ne sera pas interdit de Ligue des champions

Posted by on Juil 2, 2019 in divers | Commentaires fermés sur Fair-play financier : le PSG ne sera pas interdit de Ligue des champions

Suite à la demande de l’UEFA de réexaminer les comptes du fair-play financier du club de la capitale, le Paris Saint-Germain pourrait s’exposer à des sanctions, comme l’interdire de participer dans la Ligue des champions. Malgré l’accord qu’a passé le club de Nasser Al Khelaïfi, avec l’UEFA en 2014, le club s’est retrouvé de nouveau dans l’affaire du fair-play financier. En effet, depuis les dernières révélations des Football Leaks, le club de la capitale est resté dans le viseur de l’UEFA.

Fair-play financier du club parisien

Suite à la vague d’accusations publiées par psg paname squad dans le cadre du Football Leaks, le club parisien s’est retrouvée encore dans la ligne de mire de l’UEFA au sujet, du fair-play financier concernant le contrat de l’office du tourisme qatarie QTA avec le PSG.
Selon le directeur de la communication du PSG, Jean-Martial Ribes, le contrat du QTA, n’est pas un contrat classique de sponsoring, c’est plutôt un contrat de « nation branding », c’est ce qui fait que ce contrat n’obéit pas aux mêmes règles qu’a établie l’UEFA pour les contrats classiques. « Afin de se mettre d’accord avec l’instance, le contrat du QTA a été estimé par l’UEFA en 2014. Suite à cette estimation, le PSG a pu édifier son plan financier. Donc, c’est complètement inacceptable, de réétudier un contrat qu’ils ont déjà évalué » a expliqué le responsable de la communication du club parisien, Jean-Martial Ribes.
Pour cette raison, le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi, a préféré porter plainte auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS). Suite à cette plainte, l’UEFA a opté de mettre l’enquête sur le club parisien en pause en attendant le verdict du TAS sur l’affaire. Toutefois, les membres de l’UEFA ont affirmé qu’à l’heure actuelle, l’instance ne compte pas expulser un club comme le PSG des compétitions.

L’UEFA préfère attendre la décision du TAS

Les responsables de l’UEFA, ont déclaré qu’ils vont attendre la décision du TAS, afin d’analyser la situation actuelle du club de la capitale surtout au niveau du fair-play financier. En effet, l’instance de contrôle financier des clubs de l’UEFA, qui vise à ce que les clubs européens respectent le fair-play financier, a préféré ne pas se prononcer sur l’affaire du PSG, jusqu’à ce que le TAS examine l’appel du club de la capitale.
Selon l’UEFA ce qui dérange, c’est le principal sponsor du club parisien qui est dans le viseur de l’instance de contrôle financier des clubs. En effet, l’UEFA, espère que tous les revenus venant du contrat de l’office de tourisme du Qatar soit rétroactivement décotés des saisons 2014/2015 et 2013/2014.

Read More

Des idées pour gagner de l’argent rapidement sans investir

Posted by on Juil 1, 2019 in Economie | Commentaires fermés sur Des idées pour gagner de l’argent rapidement sans investir

Il est évident qu’afin de gagner plus d’argent, les épargnants français préfèrent investir dans différents placements (immobiliers, actions boursiers, des fonds d’investissement…). Toutefois, contrairement à ce que plusieurs personnes pensent, les épargnants peuvent avoir recours à d’autres opportunités pour pouvoir gagner un revenu régulier sans pour autant investir des milliers d’euros.

Comment gagner plus d’argent sans investir ?

Selon l’expert en investissement Guillaume Pellery, au sein de la société de gestion indépendante, A Plus Finance, malgré que gagner de l’argent sans pour autant investir peut paraître impossible, toutefois, il existe vraiment. Bien qu’un grand nombre d’épargnants sont convaincus qu’il faut absolument investir dans des placements afin de pourvoir gagner de l’argent, il existe différents sites web qui leur permettent de gagner un revenu régulier de quelques centaines d’euros par mois. Pour ce faire, l’épargnant n’a que s’inscrire dans ce type de site.

Il est important de mentionner qu’il faut faire attention puisque la toile regorge de site arnaqueur, et il n’est pas toujours facile de savoir si le site existe vraiment.

S’inscrire dans les sites rémunérés

Selon la société de gestion indépendante A Plus Finance, afin de réussir à gagner de l’argent sur internet sans dépenser, il faut s’inscrire sur un ou plusieurs sites rémunérés sur la toile. Ces sites proposent différentes missions aux inscrits, qui seront rémunérés selon les tâches accomplies. La rémunération et les missions varient selon le site.

Parmi les missions qui sont proposées par ces sites, on peut trouver, les sondages, la lecture de mails, le parrainage, les tests des applications, les avis rémunérés, les likes, les clics, les quiz rémunérés… etc.

Il existe différents sites qui proposent ce type de mission tels que Moolineo, Toluna, Loonea, Mon Opinion Compte, MySurvey etc.

Proposer ses services en freelance

Gagner de l’argent sans investir un euro, est possible en proposant de réaliser des tâches pour le compte des particuliers ou des entreprises, comme la traduction, la rédaction web, la création de logo… etc.

Rédiger des articles de qualité est une activité qui est lucrative. Plusieurs sites mettent en avant les freelances comme freelancer.com, 5 euros.com ou aussi elance.com.

Read More

Coupe de la Ligue : le club de la capitale s’impose à Orléans

Posted by on Juin 21, 2019 in divers | Commentaires fermés sur Coupe de la Ligue : le club de la capitale s’impose à Orléans

Les parisiens ont dû s’employer afin de s’imposer à Orléans (2-1), le 18 décembre 2018, dans le cadre de la Coupe de la Ligue, assurant ainsi leur qualification en quarts de finale.

Une victoire assurée grâce à 2 buts

Dans le cadre des huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue, le Paris Saint-Germain a pu s’imposer à Orléans ce mardi. Les hommes de Tuchel ne pensaient absolument pas avoir besoin de fournir autant d’efforts afin de remporter le match face à l’Orléans. En effet, le club de Nasser Al Khelaïfi a dû se battre jusqu’à la dernière minute pour s’imposer avec 2 buts à 1, face au club qui est classé 11e en ligue 2. Le Paris Saint-Germain a pu donc assurer son passage aux quarts de finale, grâce essentiellement à deux buts enregistrés, l’un par Edinson Cavani à la 41e minute et le deuxième par Moussa Diaby à la 81e minute.

Certes, les parisiens ont assuré leur qualification, mais ils ont aussi perdu 2 joueurs, Di Maria et Areola qui se sont blessés au cours du match. Pourtant, les parisiens auraient pu remporter le match plus facilement. Si seulement si, l’attaquant du PSG, Choupo Moting, avait pu ouvrir le score dés les premières minutes du match, la rencontre aurait pu être bien plus tranquille pour les parisiens. En effet, durant la première mi-temps, les locaux ont repris confiance en eux surtout le gardien de but de l’Orléans, Thomas Renault. Auteur de plusieurs arrêts de buts tout long de la rencontre, Thomas Renault, est pour plusieurs commentateurs de football le héros de la soirée.

Néanmoins, Renault s’est incliné devant l’exploit du jeune Diaby qui a de nouveau confirmé ses performances sur le terrain en réalisant une entrée décisive.

Cavani est égale à lui-même

Alors que la grande star brésilienne est ménagée et Kylian Mbappé est sur le banc des remplaçants, Edinson Cavani était le seul membre de la combinaison gagnante MCN qui est présent sur le terrain dés le coup d’envoi. Suite à une passe bien cadrée de Di Maria à la 41e minute, Cavani, n’a eu besoin que d’une seule occasion pour pouvoir ouvrir le score. Enregistrant 7 buts durant les 6 dernières rencontres, toutes compétitions confondues, Cavani a confirmé encore une fois son retour en forme et en force sur le terrain. L’uruguayen a ainsi égalé l’exploit du seul meilleur buteur parisien dans la compétition, Pedro Miguel Pauleta

Selon PSG Paname Squad, Le club présidé par Nasser Al Khelaïfi a étendu sa série de matches invincible à 21 rencontres durant la Coupe de la Ligue. En effet, la dernière défaite dans cette compétition remonte au 27 novembre 2012, face à Saint Etienne, durant les quarts de finale.

Read More

Comment investir dans le cinéma quand on est particulier ?

Posted by on Juin 19, 2019 in Economie | Commentaires fermés sur Comment investir dans le cinéma quand on est particulier ?

Les SOFICA ont fêté l’an dernier leur quarantième anniversaire. Derrière les paillettes de Cannes – 73e édition, se déroule du 14 au 26 mai 2019 au Palais des festivals, à Cannes – le business du 7e art tourne à plein régime. Plus de 96 % des transactions se font généralement lors du Festival du Berlin au début du mois de mars. Si les canaux de distribution se multiplient avec le web, il en va de même pour les sources de financement. Pour les investisseurs – particuliers comme professionnels – cela accroît d’autant les chances de rentrer dans leurs frais.

Amateur des “salles sombres” et du 7e art, vous voulez soutenir le cinéma français ? Vous cherchez un support d’investissement ?

Les sociétés de financement du cinéma et de l’audiovisuel – SOFICA – semblent faites pour vous. Mais l’investisseur doit bien faire attention, car le risque de perte en capital est très élevé. Cet investissement est surtout un outil de défiscalisation.

Qu’est-ce qu’une SOFICA ?
Créées en 1980, les SOFICA sont des sociétés anonymes collectant des fonds pour financer des œuvres cinématographiques et audiovisuelles françaises. En contrepartie de ce financement, celles-ci perçoivent des droits sur les recettes des films ou des séries qu’elles ont aidé à financer.
Généralement, les SOFICA doivent remplir les conditions suivantes :
– Investir 95 % de ses fonds collectés dans un film – ou une série – français dans un délai de deux ans ;
– Financer seulement des œuvres agréées par le centre national du cinéma ;
– Être agréée par le Ministère de l’Économie et des Finances.

Fiscalité et caractéristiques de l’investissement dans une SOFICA
Investir dans une société de financement du cinéma et de l’audiovisuel obéit à des contraintes :
– le nombre de SOFICA disponibles est trop réduit ;
– l’investisseur doit conserver ses parts huit ans minimum, jusqu’au 1er janvier de la huitième année suivant sa souscription ;
– cette durée pourra être prolongée jusqu’à 11 ans ;
– un risque de perte en capital.

Avantages fiscaux à l’entrée

L’investissement dans une société de financement du cinéma et de l’audiovisuel donne droit à une réduction d’impôt :
– de 48 % du montant de l’investissement si la société est adossée ;
– de 42 % du montant de l’investissement si la société n’est pas adossée ;
Pour rappel : l’investissement doit représenter 36 % au moins du revenu global net du foyer fiscal / l’investissement ne doit pas dépasser 25 millions d’euros – voire 30 millions d’euros – par foyer fiscal.
La rentabilité d’un investissement dans une SOFICA repose principalement sur la minoration d’impôt qu’il accorde. La société de gestion “A Plus Finance” assure auprès des SOFICA le suivi financier et administratif à travers la mise à disposition d’un soutien technique et logistique. Ainsi, elles auront accès à l’ensemble de ses moyens organisationnels pour leur développement. A Plus Finance gère des SOFICA depuis plus de quinze ans. Elle les assiste dans leurs activités juridiques, financières et administratives. Cette dernière a conclu avec chacune d’entre elles une convention spécifique pour mieux répondre à leurs besoins.

Read More

Épargne : comment orienter votre argent vers l’économie réelle ?

Posted by on Juin 14, 2019 in Economie | Commentaires fermés sur Épargne : comment orienter votre argent vers l’économie réelle ?

Les meilleurs placements destinés à financer l’économie réelle !

Remise au goût du jour avec le plan d’action pour la transformation et la croissance des sociétés, la loi Pacte de “Bruno Le Maire” – visant à simplifier la vie des PME et des start-ups, de leur création à leur liquidation -, la volonté d’inciter les épargnants à investir davantage dans l’économie réelle n’est pas une mode récente.
Les pouvoirs publics – dont le statut est établi par des lois organiques – ont facilité, depuis plus de trente ans, l’investissement des contribuables souhaitant participer – directement ou indirectement – au financement des entreprises en quête de repreneurs, start-ups aux projets innovants ou PME (petites et moyennes entreprises), avec la création d’un statut d’intermédiaire en crowdfunding (financement participatif), depuis 2013, des FIP, lancés en 2005, et les FCPI, dès 1992. Les fonds d’investissement “fiscaux” sont une des familles permettant de faire du placement sur les start-ups et les PME.

Quel est l’intérêt d’investir en PME ? Quels sont les rendements, les frais et les risques ?

Attention : l’investissement dans des actions de start-up ou de PME est beaucoup plus risqué que l’investissement en Bourse. Les placements en “Private Equity”, ou actions non cotées, sont en fait destinés aux épargnants – que ce soit des particuliers ou des professionnels – ayant les épaules solides, parce que les pertes sont fréquentes et le capital est souvent bloqué des années. En contrepartie, le sentiment d’assister à une aventure entrepreneuriale et les perspectives de gains motivent les plus courageux.
“Le Private Equity arrive en tête des classes d’actifs favorites des familles fortunées”, explique Niels Court-Payen, directeur et co-fondateur d’A Plus Finance.
46 % des familles fortunées privilégient l’investissement en Private Equity cette année, soit à travers des fonds collectifs (21 %), soit en direct (25 %), selon le dernier sondage d’OpinionWay.

Investir dans une petite et moyenne entreprise pour réduire son ISF

Les contribuables qui investissent dans des start-ups ou des PME peuvent imputer tout ou partie de leur investissement sur le montant de leur impôt de solidarité sur la fortune “ISF”.
Dans ce cas, il faut respecter des conditions de fond et de forme.
Pour rappel : seules les souscriptions en numéraire – apports en numéraire sont les liquidités (virement ou chèque) que les fondateurs apportent au capital – sont éligibles à la réduction d’impôt.
La société de gestion “A Plus Finance”, spécialisée dans le capital risque et la multigestion, propose un ensemble de solutions d’investissement. Ainsi, les redevables – institutionnels et particuliers – peuvent diversifier leurs portefeuilles en investissant dans des PME françaises innovantes ou technologiques.

Read More