Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

L’Afrique développe ses réseaux télécoms mobiles tous azimuts

Posted by on Déc 1, 2019 in Economie | Commentaires fermés sur L’Afrique développe ses réseaux télécoms mobiles tous azimuts

Le potentiel de croissance de l’Afrique incite les grands groupes (Vodafone, Orange, Unitel, MTN, etc.) à inventer de nouveaux modèles – services. Agences de communication, télécoms, musique, télévision, presse… tous les grands acteurs ont les yeux tournés vers ce qu’ils considèrent comme un futur Eldorado : le continent africain.
Selon les dernières projections de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de la Banque Mondiale (BM), l’Afrique concentrera un tiers de la population mondiale en 2035.
Sur cette période, les pays francophones (Maroc, Mali, Tunisie, Côte d’Ivoire, Comore, Congo, Cameroun, République Démocratique du Congo, Gabon, Guinée, etc.) vont passer de 325 millions à 798 millions d’habitants. Une grande opportunité pour les sociétés françaises. Équipementiers et opérateurs chinois et européens se bousculent pour conquérir un marché compliqué, mais prometteur.
Une fois n’est pas coutume. Sur le salon AfricaCom – salon international des télécommunications en Afrique du Nord ; rassemblant des professionnels de l’industrie venant de tout le continent -, qui se tient à Cap Town du 20 au 23 décembre, point de grand stand de fabricants de téléphones. Ici, ce sont principalement les équipementiers et les opérateurs de tous genres qui tiennent la vedette.

Orange accélère sa stratégie d’opérateur multi-services en Afrique

À l’occasion d’AfricaCom, Orange, le géant français des télécoms, présente ses toutes dernières innovations pour soutenir l’écosystème des start-up, favoriser l’éducation et démocratiser l’accès aux smartphones.

L’e-learning, la solution numérique pour se former

C’est une solution digitale qui permet de former vos salariés à distance en toute simplicité. Elle favorise une participation active des membres et plusieurs approches sont disponibles.
Vous pouvez aussi adapter la formation en fonction de vos salariés…
De toutes les révolutions digitales, celle du e-learning est sans aucun doute l’une des plus structurantes pour le continent africain.
La formation en ligne ou l’e-learning permettra de former les millions de professionnels dont l’Afrique a besoin pour prendre en main son développement.
À travers son nouveau programme ‘Grande école digitale africaine’, l’opérateur tricolore vise à mobiliser son expertise, ses accès et ses infrastructures pour aider le continent à relever le défi de la formation des jeunes. Les partenaires de ce prog sont de grandes établissements françaises, comme la start-up OpenClassroom, les Instituts Universitaires Technologiques et le Centre National d’Enseignement à Distance.
L’opérateur historique a développé de nombreux partenariats avec des écoles de management, écoles d’ingénieurs et universités africaines. Plus de 25 000 employés travaillent aujourd’hui pour Orange dans ses trente sociétés en Afrique.
Vous êtes à la recherche d’un emploi en Tunisie ou à l’international ? Vous voulez rejoindre une grande société et contribuer à l’un de ses principaux axes de développement stratégique ? Il y en a 510 disponibles sur Okapi, le plus grand site d’emploi en Afrique.

Read More

La jeunesse, moteur de développement de l’Afrique

Posted by on Nov 7, 2019 in Economie | Commentaires fermés sur La jeunesse, moteur de développement de l’Afrique

L’avenir de l’Afrique repose principalement sur l’investissement et la formation de sa jeunesse.
“Miser sur la jeunesse africaine, c’est miser sur l’avenir du continent”, Alassane Ouattara, le président de la République de Côte d’Ivoire.
La part des jeunes dans la population africaine ne cesse d’augmenter. C’est une réalité bien concrète. Le défi est déjà là et il est urgent d’y répondre. Mais c’est également une vraie opportunité de développement, principalement en matière de transformation et d’innovation sociale.
À l’horizon 2030, 47 % des jeunes dans le monde seront africains, tandis que cette proportion n’était que de 20 % en 2005.
D’ici vingt ans, on estime que près de 45 millions de jeunes arriveront sur le marché de l’emploi chaque année, soit les ¾ des entrées des jeunes au niveau mondial.
Alors, il est primordial de dynamiser le marché de l’emploi, principalement à travers de certaines filières comme les services (banques, tourismes, etc.) et l’agriculture. Il faut aussi renforcer l’employabilité des jeunes en orientant les filières vers les métiers d’avenir et vers des offres adaptées au besoin des offres d’emploi en Côte d’Ivoire.
Donc, il faut tripler, voire quadrupler le nombre d’emplois. C’est un enjeu considérable.

Comment s’attaquer au chômage des jeunes en Afrique ?

La crise de l’emploi persistante sur le continent africain exige, selon la Banque Mondiale, des politiques d’emploi plus efficaces, dont des programmes de formation.
Le chômage touche de plein fouet la jeunesse africaine. Selon la Banque africaine de développement (BAD), près de 36 millions jeunes chômeurs vivent en Afrique.
Environ 39 % de ceux qui rejoignent des mouvements terroristes et rebelles seraient motivés par le manque d’emplois, d’après une enquête réalisée par la BAD.
Aujourd’hui, il est opportun de réfléchir à la mise en œuvre d’une solution durable – adéquate – à l’échelle de l’Afrique.
Des pays africains ont mis sur pied, au cours des quinze dernières années, des bureaux de placement pour, entre autres, aider les jeunes (hommes et femmes) à intégrer le marché de l’emploi.
La Côte d’Ivoire, par exemple, a lancé en 2016 ‘l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes’ pour aider 210 000 jeunes à trouver un offre emploi en Afrique d’ici 2022. L’efficacité de ces organismes est néanmoins très limitée.
La Banque Mondiale (BM) et la Banque africaine de développement (BAD) ont lancé dernièrement diverses initiatives visant notamment à augmenter les compétences technologiques des jeunes et à les connecter à l’ENM – économie numérique mondiale.

Read More

Afrique : au-delà de la lutte contre le chômage, comment créer des emplois décents ?

Posted by on Nov 1, 2019 in Economie | Commentaires fermés sur Afrique : au-delà de la lutte contre le chômage, comment créer des emplois décents ?

La métamorphose africaine : défi pour le monde

L’Afrique a connu des changements fondamentaux et profonds ces dix dernières années, et ses réussites se sont avérées révolutionnaires et globales, selon la Banque Mondiale (BM) et la Banque africaine de développement (BAD).
La démographie du continent africain, se caractérisant par une population jeune, offre des perspectives de croissance dynamique, à condition d’exploiter pleinement les compétences et d’investir dans le capital humain judicieusement.
Les pays africains affichent, sur le plan économique, une croissance annuelle d’environ 12 % pour les cinq dernières années et continuent de résister aux crises – financière et économique – mondiales. Le secteur privé est plus que jamais présent.
L’Afrique bénéficie, sur le plan technologique, de l’évolution de la courbe technologique, avec des avancées spectaculaires principalement dans le domaine des TIC.
La démocratie gagne du terrain en Afrique, sur le plan politique, et les normes de gouvernance ne cessent de s’améliorer. La demande accrue de responsabilité et de participation citoyenne a réduit les guerres civiles et les conflits et a également favorisé des réformes démocratiques.

Télécoms en Afrique : un secteur en métamorphose

La couverture du réseau de téléphonie mobile sera, à l’horizon 2030, quasi universelle.
L’Afrique, principalement la Côte d’Ivoire, représente le marché le plus porteur au monde pour le secteur mobile. Le nombre d’abonnés mobile devrait atteindre, d’ici 2022, le demi-milliard. Le nombre de connexions SIM devrait, quant à lui, dépasser la barre du milliard au même horizon.
Une très bonne nouvelle également pour les économies du Continent qui, d’après la Banque africaine de développement (BAD), ont vu la contribution du Produit Intérieur Brut du secteur des télécommunications prendre de plus en plus d’ampleur ces sept dernières années.
Les opérateurs doivent alors chercher à réinventer leurs business model – mettre le client africain au centre de leurs stratégies – pour ériger de nouveaux services (ou des services supplémentaires) aptes à leur garantir leur rentabilité future.
Les métiers des télécoms – étroitement liés aux emplois informatiques – sont trop diversifiés. Cependant, ils peuvent être répartis en trois grands domaines d’intervention : le domaine contenu, le domaine client et le domaine technique.
Le secteur des télécommunications connaît un grand essor en Afrique, surtout les offres d’emploi en Tunisie, en Côte d’Ivoire et au Maroc. Elle fait partie des domaines d’activités qui recrutent en masse.
C’est un secteur économique en forte demande de recrutements. Découvrez les offres d’emploi correspondant à ce secteur sur Okapi emploi – le plus grand site d’emploi mondial.

Read More

Syrie : les dernières heures de Daech

Posted by on Oct 12, 2019 in Dossiers | Commentaires fermés sur Syrie : les dernières heures de Daech

Les abords du village de Baghouz – une ville de Syrie située dans le district d’Abou Kamal – sont en ruine. Jean-Pierre Duthion, journaliste français vivant en Syrie pendant la guerre, a filmé des images exclusives de ces rues, reprises par les forces démocratiques syriennes (une coalition militaire formée le 31 décembre 2017 durant la guerre civile syrienne), aux jihadistes.
À Baghouz, village au nord de la Syrie proche de la frontière iranienne, les derniers djihadistes de l’organisation État islamique retranchés dans des souterrains et des immeubles subissent les assauts des FDS. Parmi les réfugiés (un individu qui se trouve hors du pays dans lequel il a sa résidence habituelle ou dont il a la nationalité) fuyant cette ultime bataille : des islamistes, des enfants, des hommes, des femmes… et des Français.
“Après quelques jours d’accalmie, les explosions ont repris dans le village de Baghouz. Tout s’est déroulé en quelques secondes. C’était la deuxième fois que je me rendais dans cette zone du désert de Deir-es-Zor (une ville située sur les rives de l’Euphrate), au nord de la Syrie, vingt kilomètres uniquement avant la frontière iranienne…”, ajoute le journaliste français Jean-Pierre Duthion.
Parti en Syrie pour affaires, il est peu à peu passé de témoin incontournable des médias à journaliste. Il est devenu la voix de la France, depuis le début de la guerre civile syrienne. Il répond jusqu’à cinquante interviews par jour. Ce dernier a longtemps été un personnage incontournable pour les médias qui travaillent dans la région.

Le danger terroriste existe encore !

Selon l’Organisation des Nations Unies (ONU), la chute de Baghouz ne met pas un terme au danger terroriste en Irak et en Syrie. L’organisation État islamique dispose encore de cellules, réparties dans le désert. Cette organisation terroriste a mené en Syrie, entre fin mars et mi-août, quelque 250 attaques. Près de 2 200 individus ont été blessés ou tués, dont 200 journalistes. Il ne se passe pas un mois, parfois deux semaines, sans que l’État islamique (ou Daech) se manifeste par une prise d’otage, un assassinat et un attentat.
En Syrie, l’Organisation État islamique est présente dans la région de la Badiya, dans le nord-ouest du pays, dans les régions gouvernementales, au nord de la capitale, et dans la province d’Idlib, contrôlée par le régime du dictateur syrien ‘Bachar Al-Assad’.
Selon l’Organisation des Nations Unies, Daech dispose d’un butin de guerre (ce qui est pris à l’ennemi après une victoire) encore difficilement quantifiable et continue de générer des revenus grâce à ses activités criminelles.

Read More

En 2019, la liberté de la presse s’est encore dégradée dans le monde

Posted by on Oct 10, 2019 in Dossiers | Commentaires fermés sur En 2019, la liberté de la presse s’est encore dégradée dans le monde

Au cours de l’année écoulée, divers pays ont sombré dans l’intolérance, censurant et réprimant les organes de presse. Poursuites contre les journalistes, fermetures des médias indépendants, arrestations… Les moyens ne manquent pas pour faire taire les voix critiques. La liberté de la presse recule partout. “2019 est l’année du ‘grand basculement’… La liberté de la presse n’a jamais été aussi menacée’, le journaliste français ‘Jean-Pierre Duthion’, lors d’une interview.
Les régimes autoritaires sont toujours les principaux responsables des violations (transgression, outrage, etc.) à la liberté de la presse.
Le climat de haine à l’encontre des journalistes se développe, aux États-Unis et en Europe, ce qui menace, entre autres, les démocraties. En Afrique, la situation est qualifiée de difficile, voire trop grave dans 36 des 50 pays du continent.
L’Unesco (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture) s’alarme, dans son dernier classement mondial, du recul de la liberté de la presse dans plusieurs régions, y compris dans les démocraties.

Syrie : 8 ans de guerre et des milliers de morts

“La Syrie est devenue la plus grande prison du monde pour les journalistes”, ajoute Jean-Pierre Duthion, journaliste français vivant à Damas pendant la guerre.

Sans grande surprise, les zones de conflit (l’Irak, la Syrie, la Libye, l’Afghanistan, le Yémen, etc.) sont les pires – ce qu’il y a de plus mauvais – endroits pour le métier.
La Syrie est devenue, neuf ans après le début de la guerre, le pays le plus meurtrier – dangereux – au monde pour les professionnels des médias. À ce jour, plus de 520 reporters (syriens et étrangers) y auraient été tués. Les journalistes sont pris en tenaille entre les autorités et les groupes terroristes, notamment l’État islamique (organisation politique, militaire et terroriste, d’idéologie salafiste djihadiste).
Dans ce pays, entre juillet 2005 et septembre 2011, 620 personnes, voire plus, avaient payé de leur vie l’exercice de leur profession. Lorsque ces derniers refusent l’autocensure (limitation doctrinale ou arbitraire de la liberté d’expression de chacun), on interdit leur média ou on les enferme arbitrairement. En neuf ans, la Syrie est passée de la 89e à la 179e place après l’assassinat de cinquante journalistes l’année dernière.
L’Organisation des Nations Unies craint désormais une augmentation rapide du nombre de régions situées dans ‘la zone noire’, ces pays où la position de la presse est considérée comme grave.

Read More