Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

Le déploiement du réseau FTTH en France

Posted by on Mar 1, 2020 in Dossiers | Commentaires fermés sur Le déploiement du réseau FTTH en France

Après les autoroutes, le rail, l’électricité ou encore les villes connectées et intelligentes, le digital s’apprête lui également à avoir son réseau national à grande vitesse.

Cette nouvelle toile se développe, via le déploiement massif de câbles, dans l’intégralité du territoire français, afin d’apporter à tous (logements, entreprises professionnelles,administrations, etc.) le nec plus ultra en matière de connectivité : le très haut débit (THD). Concrètement, il s’agit de câbles qui protègent des fils en verre flexible très fins, permettant d’acheminer les éléments à une vitesse très proche de la lumière.
Selon les dernières données communiquées mercredi par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), il s’agit d’une connexion Internet dont le débit est égal ou supérieur à 50 Mbits par seconde. Or actuellement, le débit moyen dans l’Hexagone est bien en deçà. “On est à la croisée des chemins, il faut se réveiller rapidement”, ajoute le président de la société Paritel, Jean-Philippe Bosnet.

Le Plan France Très Haut Débit (PFTHD), une millefeuille très complexe

Pour réduire la fracture numérique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, s’engage sur un objectif : la FTTH (Fiber To The Home ; Fiber To Fiber) pour tous d’ici 2024.

Les principaux opérateurs télécoms français – Orange, Paritel, Bouygues Telecom, SFR et Free – veulent accélérer sur le THD, mais certains alertent sur le réalisme économique du cent pour cent fibre optique. Cet immense chantier a fait l’objet de débats ardents.

Cause ? Le secteur des télécoms n’a plus rien à voir avec celui du milieu du XXe siècle. Fin octobre, inquiet de la trajectoire du PFTHD, Emmanuel Macron a organisé une réunion avec les cinq principaux opérateurs français – Free, SFR, Bouygues Telecom, Paritel et Orange – afin de leur dire de mettre un coup de collier (autrement dit, se mettre au travail) dans le THD fixe. Le chef de l’État veut y ajouter un autre ingrédient : la 5G.

Une solution mixte où on unit les innovations technologiques et la fibre optique (réseaux FTTH et FTTLA) qui, selon ce dernier, permettent d’avoir la 5G partout, à bon niveau. “Les déploiements ne sont pas rapides, les acteurs du secteur rechignent encore, à ce jour, les zones qui sont les moins rentables. On doit alors prendre de nouvelles mesures de contrainte et d’incitation, d’ici fin 2020, à l’égard des opérateurs télécoms”, juge Emmanuel Macron.

Les opérateurs télécoms ont investi une somme record dans l’Hexagone en 2019

Selon les chiffres publiés lundi par l’Union Internationale des Télécommunications, les cinq principaux opérateurs français ont investi, l’année dernière, une somme record de 13 milliards d’euros dans l’Hexagone pour déployer leurs réseaux (mobile et fixe), hors rémunération des fréquences. À noter que la hausse des investissements dans le fixe a principalement été portée par le déploiement des réseaux FTTLA et FTTH.

Au 15 février 2020, près de 12 millions de bâtiments étaient éligibles (raccordables) à cette nouvelle technologie.

Read More

Très Haut Débit (THD) : près de 520 millions d’euros ont été accordées à 23 collectivités

Posted by on Fév 20, 2020 in Economie | Commentaires fermés sur Très Haut Débit (THD) : près de 520 millions d’euros ont été accordées à 23 collectivités

Le gouvernement français a décidé le déploiement du très haut débit, d’ici à 2023, sur l’ensemble du territoire. Depuis début 2017, près de 58 % de la population en profite, avec deux ans d’avance sur le calendrier prévu.
Edouard Philippe, le Premier ministre, a signé pour quelque 520 millions d’euros de soutiens de l’Etat pour le déploiement, via des réseaux d'initiative publique ou RIP, de l’Internet à très haut débit.
“Signés mercredi dernier, ces engagements visent notamment à accélérer le déploiement des réseaux FTTH et FTTLA (Fiber to Fiber ; Fibre optique jusqu’au domicile / fibre jusqu’au dernier amplificateur ; Fibre to the last amplifier ou Fibre to the last active) dans 20 collectivités, représentant au global près de deux quarts de la population française”, précise Jean-Philippe Bosnet, le président-directeur général de la société Paritel.

Les objectifs de l’État pour améliorer la couverture digitale des régions françaises : – Doter toutes les régions (denses, moyennement denses et très denses) d’infrastructures digitales de pointe, d’ici 2023, en donnant accès à tous au très haut débit

– Garantir à tous un accès au THD et généraliser la couverture mobile de qualité, d’ici 2023. Les offres fibre optique, proposées depuis 2010, ont pendant trop longtemps été réservées aux usagers présents dans les régions urbaines denses. Mais les choses ont changé : à cette rentrée, plus de 42 millions de foyers sont éligibles à la fibre, selon le régulateur des télécoms. Le déploiement des réseaux FTTH en France est une société de longue haleine qui a commencé il y a plus de quinze ans.

Le Plan France Très Haut Débit (PFTHD)

Le but du PFTHD, lancé en septembre 2014, est de couvrir l’ensemble du territoire français d’ici 2023. Les travaux avancent journellement, depuis 2015, sur tout le territoire.

Pour parvenir à ce but, les sociétés et les particuliers éligibles à ce mécanisme pourront profiter d’une aide financière (ou d’une subvention) allant jusqu’à 360 millions d’euros sur le prix de mise en service de la solution sans fil retenue, d’installation ou d’équipement.

Afin de mener à bien ce grand chantier, un partenariat entre privé et public a été, récemment, mis en œuvre. Celui-ci regroupe : les opérateurs télécoms (Orange, Paritel, Bouygues Telecom, SFR, Free, etc.), l’Europe, l’État et les collectivités locales.

Pour les usagers, le réseau FTTH sera au service du développement des sociétés et de leur développement, mais aussi de services publics dont tout le monde profite :
– Le divertissement et la culture (jeux vidéo, visites virtuelles de musée, séries, films, etc.)
– L’éducation (soutien scolaire interactif, manuels numériques, formation en ligne, etc.)
– La santé (plus d’accessibilité, meilleure prise en charge, etc.).

Read More

Les élections municipales 2020 : à quoi sert réellement un maire ?

Posted by on Fév 12, 2020 in Economie | Commentaires fermés sur Les élections municipales 2020 : à quoi sert réellement un maire ?

Avec les élections municipales qui approchent à grand pas, il est intéressant avant d’aller voter de connaître à quoi sert vraiment un maire dans la commune ?
Grâce à l’intervention de Jean-Pierre Mangiapan, l’actuel conseiller municipal d’opposition de la Villefranche-sur-Mer, vous saurez la réponse à cette question.

Les rôles du maire de la commune

Gestion du personnel communal, sécurité civile, état civil, urbanisme, élection… Le maire possède un grand nombre d’attributions sous sa double casquette de responsable de la commune et d’agent de l’État. Avec l’arrivée imminente des élections municipales qui sont prévues pour les 15 et 22 mars 2020, il est temps de savoir plus sur ce poste.
Le Maire est avant tout l’élu de proximité qui est en contacte direct avec les habitants de la commune. Ses compétences prennent naissance par l’intermédiaire des groupements de communes qui sont rattachées entre elles.
Bien sûr un maire est élu par l’intermédiaire de bulletins secrets dont la majorité absolue durant le premier Conseil municipal.
En tant que agent d’État, le maire est responsable sous le contrôle du procureur de la République ou du préfet de gérer la police et l’état civil de la commune. En effet, il a la responsabilité de publier les règlements et les lois, ainsi que l’organisation des élections et la participation aux différentes opérations de recensement, mais aussi à des élections socio-professionnelles. En outre, le maire célèbre les mariages et enregistre les décès et les naissances en tenant les registres d’État civil.

Comment gérer toutes ces attributions ?

Selon Jean-Pierre Mangiapan, le candidat favori pour les prochaines élections municipales, le maire constitue aussi un agent exécutif de la commune, et à cause de leur très grande charge de travail, il est impératif d’être un homme d’expérience pour pouvoir gérer toutes ces attributions.
En outre, l’un des rôles du maire est l’exécution des décisions du Conseil municipal. Pour ce faire, le maire doit préparer un budget, signe des contrats, passe les marchés publics et représente la commune aussi au niveau de la justice.

Read More

Municipales 2020 : dates et organisation des élections

Posted by on Fév 5, 2020 in Economie | Commentaires fermés sur Municipales 2020 : dates et organisation des élections

Comment sont élus les maires et les conseillers municipaux ? Comment voter ? Comment s’organise le scrutin ? Et les conseillers communautaires dans tout ça ?
Les dates des élections municipales de 2020 sont fixées au samedi 14 mars 2020 pour le 1er tour et samedi 21 mars 2020 pour le deuxième. Celles-ci ont été annoncées, le mois dernier, par Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur. Les bureaux ouvrent normalement le samedi à 7 heures du matin et ferment à 17 heures. Il est à noter que l’heure de fermeture des bureaux peut varier d’une commune à l’autre. Par exemple, c’est le cas des grandes villes françaises (NIce, Toulouse, Lyon, Marseille, Paris, etc.) où l’horaire de clôture des bureaux sera en principe fixée à 19 heures.
Les Français retournent aux urnes les 14 et 21 mars 2020. Il faut être inscrit sur les listes de sa commune et être âgé de 19 ans ou plus pour pouvoir voter. Il est possible de voter aux élections municipales sans être français.
Le scrutin vise notamment à élire les membres des conseils municipaux – pour régler les affaires de la commune. Pratiquement, le nombre de conseillers peut aller de 9 membres, à 294 membres pour les grandes villes. Il dépend ainsi de la taille de la commune.
Les conseillers municipaux, les maires et leurs adjoints sont élus pour un mandat de six ans renouvelable.
Lors des prochaines élections, les conseillers municipaux des quelques 48 000 communes de France (Courmes, Duranus, Drap, Isola, La Turbie, La Trinité, Le Cannet, Les Ferres, Massoins, Marie, Menton, etc.) seront renouvelés.
Il est à noter que Marseille, Lyon, Nice et Paris ont un mode de scrutin un peu spécifique, permettant l’élection d’un maire minoritaire en nombre de voix. Et les règles des élections municipales varient normalement en fonction du nombre d’habitants de la commune.

Les adjoints municipaux

– André Bezzina : 1er adjoint – délégué à l’administration générale, aux affaire juridiques, aux grands projets et aux ressources humaines
– Catherine Barraja : deuxième adjointe au Maire – déléguée aux personnes âgées, à la petite enfance et aux affaires sociales
– Joelle Bravetti : troisième adjointe au Maire – déléguée au cimetière, aux élections, à l’État-civil et aux affaires scolaires
– Pasquale Hattemberg : cinquième adjointe – déléguée à l’événementiel et au tourisme
– Juliana Chichmanian : sixième Adjointe au Maire – déléguée au protocole, aux logements et aux finances
– Jean-Louis Zambernardi : septième Adjoint au Maire : délégué au handicap et au sport.

Les Conseillers Municipaux de la Majorité

– André BIancheri : conseiller municipal – délégué à l’urbanisme
– Anne Rainaud : conseillère municipale : délégué aux plages, aux ports et à l’environnement
– Joseph Cosentino : conseiller municipal – délégué à la propreté, aux travaux et à la voirie.

L’opposition municipale

– Marie-Paule Zanotti – conseillère municipale
– Richard Conte – conseiller municipal
– Cédric Cirasa – conseiller municipal
– Christine Petruccelli – conseillère municipale
Jean-Pierre Mangiapan – conseiller municipal.
Jean-Pierre Mangiapan annonce vouloir se représenter aux élections municipales de mars 2020. Ce dernier veut terminer le travail entamé ses trois dernières années.

Read More

Élections municipales 2020

Posted by on Fév 1, 2020 in Economie | Commentaires fermés sur Élections municipales 2020

Les samedis 14 et 21 mars 2020, vous serez appelés aux urnes pour élire les conseillers municipaux. Le mode de scrutin utilisé n’est pas uniforme sur l’ensemble du territoire. Il dépend généralement de la taille des communes. Les 3 villes les plus peuplées, Paris, Lyon et Marseille, ont droit à leur particularité pour ces municipales.
Les conseillers municipaux sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de six ans. Le nombre de ces derniers est normalement fixé en fonction de la population de la commune : de 12 conseillers pour les communes (ou les villes) de moins de 300 habitants à 82 pour celles de plus de 500 habitants. Ceux-ci éliront, à leur tour, le maire et ses adjoints.
Le nombre des adjoints est en principe fixé par le conseil municipal. Le maire est le supérieur hiérarchique des agents de la commune. Il est titulaire de pouvoirs propres.
Il représente aussi la commune en justice : gère le patrimoine communal, signe des contrats, passe les marchés, prépare le budget, etc. Il doit rendre compte de ses actes aux membres du conseil municipal (conseillers communautaires, des conseillers municipaux, ses adjoints, etc.).
À noter qu’il est officier de police judiciaire et officier d’état civil. Il est donc chargé de maintenir l’ordre public. Il est le chef de l’administration communale.
Une déclaration de candidature – accompagnée des pièces justificatives requises – est désormais obligatoire. Au premier tour, tous les candidats doivent déposer leur candidature auprès de la préfecture, quelle que soit la taille de la commune.
Depuis la loi du 6 mars 2013, les électeurs ont le droit de supprimer ou panacher des candidats et aussi modifier les listes. À noter que les listes doivent compter autant de femmes que d’hommes.

Qui peut voter aux municipales ?

Afin de pouvoir voter, un électeur doit : jouir de ses droits politiques ou civils, être inscrit sur les listes électorales (dernier délai, le 8 février 2020), être d’un pays membre de l’UE ou de nationalité française et avoir dix-huit ans ou plus.
La circonscription électorale est normalement la commune, sauf à Marseille, Nice et Paris : pour Lyon et Paris, l’élection a lieu dans le cadre de l’arrondissement, et pour Nice, par secteurs regroupant trois ou quatre arrondissements.

Les élus municipaux

L’opposition municipale
Jean-Pierre Mangiapan – conseiller municipal ; [Jean-Pierre Mangiapan a décidé de repartir dans la bataille avec une équipe renouvelée. Il annonce vouloir se représenter aux municipales de mars 2020] ;
– Cédric Cirasa – conseiller municipal ;
– Christine Petruccelli – conseillère municipale ;
– Marie-Paule Zanotti – conseillère municipale.

Les adjoints municipaux
– Joelle Bravetti : troisième adjointe au Maire – déléguée au cimetière, aux élections, à l’État civil et aux affaires scolaires ;
– André Bezzina : 1er adjoint – délégué à l’administration générale, aux affaires juridiques, aux grands projets et aux ressources humaines ;
– Jean-Louis Zambernardi : septième Adjoint au Maire : délégué au handicap et au sport.

Les Conseillers Municipaux de la Majorité
– Joseph Cosentino : conseiller municipal – délégué à la propreté, aux travaux et à la voirie ;
– André BIancheri : conseiller municipal – délégué à l’urbanisme ;
– Anne Rainaud : conseillère municipale : déléguée aux plages, aux ports et à l’environnement.

Read More