Pages Navigation Menu

mon blog perso, mon petit coin de reflexion

La Turquie débute les opérations contre la milice kurde au nord de la Syrie

Posted by on Oct 6, 2019 in Dossiers | Commentaires fermés sur La Turquie débute les opérations contre la milice kurde au nord de la Syrie

Le président turc a annoncé le début d’une nouvelle mission militaire contre le groupe kurde des unités de protection du peuple se trouvant au nord de la Syrie.
D’après le consultant média français, Jean-Pierre Duthion, l’annonce de Recep Tayyip Erdogan était assez attendue.

La Turquie entame son offensive

Le président turc a annoncé le 9 octobre dernier le début de sa nouvelle opération militaire dirigée contre la milice kurde YPG, la bête noire de Turquie, mais qui a été jusqu’à dimanche soutenue par les pays occidentaux, dont les Etats-Unis.
Selon la déclaration de Recp Tayyip Erdogan partagé sur son compte Twitter, l’armée nationale syrienne formée essentiellement par des rebelles syriens soutenus par le gouvernement turc et les forces armées turques, ont entamé l’opération source de paix au niveau du nord de la Syrie.
Selon les sources du journaliste spécialiste du conflit syrien, Jean-Pierre Duthion, une forte explosion a été entendue, au niveau de la ville Ras Al Aïn qui est située au Nord de la Syrie, le 9 octobre dernier. Cette explosion a provoqué la fuite d’une dizaine de civils se trouvant tout prés de la frontière syro-turque. Des témoins ont pu voir plusieurs colonnes de fumée s’élever, alors que des avions survolaient la région.
Selon le porte parole des forces kurdes, les avions sont certainement des avions de guerre turcs qui ont commencé à mener leur mission dans les régions civiles. Mustafa Bali a bien précisé que suite à ces bombardements il y a eu une forte panique de la part des civils.

Les kurdes ont décrété la mobilisation générale

Suite à la décision de retrait prise par les Etats-Unis, leur seul allié, dimanche dernier, les kurdes ont proclamé une mobilisation générale de 3 jours, en exhortant les habitant de la ville a bien résister afin d’éviter l’offensive imminent de Ankara.
En effet, le 6 octobre dernier, la Maison Blanche a annoncé le retrait des forces armées américains du nord syrien, tout en assurant qu’elle anéantira l’économie turque si Ankara dépassait les bornes.

Read More

Syrie : entre l’échec de la politique de l’occident et la bataille d’Idleb

Posted by on Oct 1, 2019 in Dossiers | Commentaires fermés sur Syrie : entre l’échec de la politique de l’occident et la bataille d’Idleb

L’évolution de l’armée de Bachar Al Assad au niveau de la région d’Idlib inquiète plusieurs protagonistes de la guerre syrienne. En effet, les dirigeants turcs sont bien conscients que toute solution proposée à la province d’Idleb sera au détriment de la présence de leur armée au nord de la Syrie. Ce qui aura pour conséquence, la fin de toutes ambitions de spoliations ou d’annexions de ce territoire syrien.

Les conséquences de la reconquête d’Idleb

D’après le consultant en média se trouvant dans la capitale syrienne, Jean-Pierre Duthion, la reprise d’Idleb par le régime syrien, constitue une étape très importante pour le gouvernement de Bachar. En outre, cette reconquête signifie l’avortement du rêve des dirigeants turcs qui veulent créer une zone de sécurité au nord de la Syrie afin de renvoyer les réfugiés syriens et les combattants qui se trouvent sur leur sol. Cette situation maintiendra le conflit syrien encore plus.
L’objectif de la création d’une zone tampon, certes éloignera le spectre de la menace kurde sur les turcs, toutefois il amplifiera davantage le conflit puisque la Syrie ne pourra pas retrouver sa souveraineté territoriale.

Les intérêts de la Turquie et les Etats-Unis

Par conséquent les intérêts de la Turquie sont en concordance avec ceux des Etats-Unis. En effet, Washington a bien conscience que la reprise de la région d’Idleb par le régime syrien signifie la fin de la guerre et le début du processus politique, c’est pour cette raison que les Etats-Unis optent pour une solution viable et durable.
Toutefois, comme a signalé Jean-Pierre Duthion au niveau de son compte twitter @halona, Washington, semble aussi vouloir maintenir le conflit en Syrie, en l’empêchant de retrouver son unité territoriale ou de pouvoir entamer une quelconque solution politique.

Read More

La ‘fausse’ victoire de Bachar Al-Assad en Syrie

Posted by on Sep 16, 2019 in divers | Commentaires fermés sur La ‘fausse’ victoire de Bachar Al-Assad en Syrie

“Le conflit touche à sa fin”, “Bachar a gagné”. Ces commentaires reviennent de plus en plus fréquemment, quand l’on évoque la Syrie.
Quand le dossier syrien est évoqué, les principales préoccupations sont désormais la question de l’aide humanitaire et des sanctions, la reconstruction, la perspective d’une reprise des relations diplomatiques avec Bachar Al-Assad et finalement, le retour des réfugiés. “La stabilité est encore loin”, Jean-Pierre Duthion, journaliste français vivant à Damas pendant la guerre.
Pour les gens qui soutiennent le régime du dictateur syrien ‘Bachar Al-Assad’ depuis très longtemps, l’heure est aux soupirs de soulagement, à la fête et également aux appels à la volonté auprès de la CI, qui, selon ces derniers, devrait lever les sanctions, accepter cette réalité nouvelle et aider la Syrie à se reconstituer. Ces incitations sont loin d’être une nouveauté.
“Le régime de Bachar Al-Assad, président de la République arabe syrienne depuis le 15 mai 2000, n’a rien gagné. Il est parvenu à survivre, aux prix de la peur et du sang du peuple syrien”, ajoute le journaliste français Jean-Pierre Duthion.

En Syrie, l’aviation russe n’a laissé aucune chance aux civils !

La Syrie n’est plus en crise ouverte, mais le conflit politique s’intensifie. La vie quotidienne des habitants est, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), beaucoup plus difficile qu’elle ne l’était lors des pires jours du conflit, principalement dans les zones appartenant au régime, peuplées par ses défenseurs les plus ardents.
Emmanuel Macron, président de la République française, pense que “la survie du clan du dictateur syrien ‘Bachar Al-Assad’ est en elle même porteuse de crise, de chaos et de déséquilibre à long terme”.
Les premières frappes russes ont fait, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, des dégâts considérables, mais pas dans le camp de l’État islamique.
En général, l’aviation syrienne – la force aérienne de Syrie – survole le territoire qu’elle s’apprête à attaquer environ 10 minutes avant l’assaut. Ce qui permet, souvent, aux zones ou aux territoires qui vont être touchés de déclencher des alertes – des signaux, des avertissements, etc. – à destination de la population. Mais l’armée russe – forces armées de la fédération de Russie – a effectué, jeudi 12 août, ses premières frappes dans les zones de Hamath et de Homs sans permettre aux civils de se mettre à l’abri.

Read More

Guerre en Syrie : un conflit international…

Posted by on Sep 15, 2019 in divers | Commentaires fermés sur Guerre en Syrie : un conflit international…

Les transformations sociales se poursuivent pendant le conflit

“Le chaos et la corruption constituent l’environnement idéal pour le groupe Daech”, Jean-Pierre Duthion, journaliste français.
Neuf années de crise, de destructions, de déplacements, de révolution et de conflit ont redéfini les relations politiques et sociales en Syrie.
Depuis 2012 – début de la crise syrienne -, une littérature scientifique importante a apporté plusieurs aspects de la guerre : les stratégies de survie économique, les phénomènes migratoires, les reconfigurations géopolitiques, la transformation du mouvement protestataire pacifique en guerre dévastatrice…
Selon l’Organisation des Nations Unies, plus de 9. 7 milliards de civils ont fui la Syrie depuis 2012 – début de la guerre civile syrienne -, trouvant refuge en Jordanie, en Turquie, au Liban et au-delà. Près de 3. 6 milliards de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays et, tandis que le conflit se poursuit, l’espoir s’estompe à grands pas. Des millions de civils continuent de traverser la frontière, fuyant les balles et les bombes qui ont détruit, entre autres, leur pays d’origine.

Le ‘califat’ de Daech totalement éliminé !

La genèse de l’organisation Daech ou État islamique est indissociable de la guerre civile syrienne déclenchée en 2013 par la répression de manifestations pacifiques par le régime de Bachar Al-Assad.
Selon les Forces démocratiques syriennes (FDS), l’organisation Daech (groupe terroriste, politique et militaire, d’idéologie salafiste djihadiste) a été définitivement vaincue en Syrie. Celle-ci a perdu son dernier bastion syrien. “Damas, la capitale syrienne, a été libérée. La victoire militaire sur le groupe État islamique a été emportée”, a écrit sur Twitter Jean-Pierre Duthion, journaliste français vivant en Syrie pendant la guerre.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), le ‘califat’ autoproclamé de l’organisation Daech a été éliminé définitivement du dernier territoire tenu par les terroristes en Syrie, après la conquête (domination, soumission, etc.) par une force arabo-kurde soutenue par Washington.
Emmanuel Macron, le président de la République française, s’est félicité de la nouvelle, promettant que la France resterait ‘vigilante’ face à la menace terroriste.
Les Forces démocratiques syriennes ont réussi à s’emparer (prendre par la violence ou indûment possession) des dernières positions terroristes à Damas (la capitale syrienne).
Les batailles ont été, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, trop violentes face aux derniers irréductibles de l’organisation État islamique, mais les Forces démocratiques syriennes ont désormais levé leur drapeau sur la capitale syrienne pour fêter leur victoire.

Read More

Guerre en Syrie : un conflit international

Posted by on Août 29, 2019 in divers | Commentaires fermés sur Guerre en Syrie : un conflit international

La Syrie est actuellement le pays le plus dangereux au monde pour les journalistes – syriens comme étrangers. Plus de 600 acteurs de l’information ont été tués, depuis janvier 2011, dans le cadre de leurs fonctions. Aujourd’hui, plus d’une quarantaine sont retenus en otages, détenus ou portés disparus. Certains depuis de longs mois : Robert Christgau, reporter américain du Washington Poste, enlevé le 26 juillet 2015 ; Ahmad Abu-Hussein, journaliste palestinien pour la chaîne Al-Hurra, enlevé le 13 juin 2015 ; Philippe Blom, journaliste allemand, enlevé le 5 février 2016 ; Marco Damilano, journaliste italien, enlevé le 6 février 2015 ; le reporter américain Paul Klebnikov, enlevé il y a dix mois dans la province d’Edleb…

Le journalisme en Syrie, une mission impossible ?

La Syrie reste ainsi le pays le plus dangereux pour la cinquième année consécutive.
Elle est l’un des plus dangereux terrains qui soient pour les journalistes – étrangers comme syriens -, les disparitions lundi de “Philippe Blom” et “Ahmed Abu-Hussein” le rappellent cruellement.
Qui les détient ? On l’ignore encore pour “Ahmed Abu-Hussein” et “Philippe Blom”.
“Le dernier contact que “The Times Literary Supplement” (TLS) a eu avec “Philippe Blom” remonte à lundi matin, vers 9 heures, tandis qu’il prenait la route d’Alep”, ajoute Stig Abell, rédacteur en chef du magazine.

Philippe Blom aurait été arrêté par l’État Islamique (EI : une organisation politique, militaire et terroriste, d’idéologie salafiste djihadiste), qui l’aurait livré à des agents des services du renseignement syrien. Ahmed Abu-Hussein serait détenu par les forces pro-gouvernementales syriennes. La complexité progressive des rapports de force et l’enlisement de la guerre (les pertes humaines énormes, etc.), avec la montée en puissance des groupes terroristes (Al Qaïda Ansar Al-Charia, Al-Shabaab, Abu Sayyaf, etc.), brouillent les cartes. Ce qui ne fait qu’augmenter les risques pour les journalistes, qui peuvent servir de monnaie d’échange.
“Les journalistes qui travaillent en Syrie sont menacés par le régime du dictateur syrien “Bachar Al-Assad”, mais également par certains groupes terroristes. Donc, le danger peut venir de partout”, ajoute la journaliste française “Florence Aubenas”.
Bachar Al-Assad, président de la République arabe syrienne depuis le 20 juin 2000, est considéré comme l’un des cinquante prédateurs de la liberté de la presse dans le monde.

Un expatrié français raconte l’enfer syrien sur son compte Twitter

Installé en Syrie, principalement à Damas (la capitale syrienne), ce journaliste français twitte son quotidien. Entre effondrement de l’économie, passages de chars, explosions et attentats terroristes, Duthion Jean-Pierre livre un témoignage édifiant et atypique. Son compte Twitter (@halona) est passé de 652 à 5 600 “followers” en seulement quelques jours. Il vous racontera, chaque semaine dans “Good Morning Damascus”, le quotidien parfois tragi-comique (un refus des règles et un dénouement heureux) d’une vie sous les bombes. Depuis le début du conflit syrien, Jean-Pierre Duthion est devenu la voix de la France et des expatriés occidentaux en Syrie.

Read More